États-Unis, Irak
Les luttes de pouvoir autour de la commission anti-corruption irakienne laissent les cabinets d'enquête dans l'expectative

Le juge Haider Hanoun (au milieu) marchant avec le président d'Interpol Ahmed Naser al-Raisi (à droite), au siège d'Interpol à Lyon, en France, en avril 2024.
Le juge Haider Hanoun (au milieu) marchant avec le président d'Interpol Ahmed Naser al-Raisi (à droite), au siège d'Interpol à Lyon, en France, en avril 2024. © Commission of Integrity/Facebook
La principale institution anti-corruption irakienne a approché, en 2023, des sociétés d'investigation pour qu'elles l'aident à recouvrer des actifs dérobés à l'État. Mais aucun contrat n'a encore été signé et les critiques à son égard se multiplient au sein des services occidentaux de renseignement. [...]
Lecture 4 minutes Michael Sweeney

Retrouvez cet article dans :

-15% sur votre abonnement annuel

Offre spéciale : plus que 10j et 7h pour en profiter

Découvrir nos offres

Offre valable pour les nouveaux abonnés jusqu'au 02/08/2024

-15% sur votre abonnement annuel

Offre spéciale : plus que 10j et 7h pour en profiter

Découvrir nos offres

Offre valable pour les nouveaux abonnés jusqu'au 02/08/2024

Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !