Le nouvel ambassadeur bahreïni à Tel Aviv Khaled al-Jalahma (au centre) a visité, le 8 février, les locaux du spécialiste israélien des cyberformations Cybergym d'Ofir Hason.
Le nouvel ambassadeur bahreïni à Tel Aviv Khaled al-Jalahma (au centre) a visité, le 8 février, les locaux du spécialiste israélien des cyberformations Cybergym d'Ofir Hason. © Khaled al-Jalahma/Twitter
Le nouvel ambassadeur bahreïni en Israël, Khaled al-Jalahma, fait déjà le tour des entreprises technologiques locales. La filiale belge de la société de défense Elta Systems a obtenu un contrat pour la fourniture de son système antidrone DroneGuard aux forces bahreïnies. [...]
Publié le 16.02.2022 à 6h00 GMT Lecture 2 minutes

Retrouvez cet article dans :

À lire aussi

Bahrein
Né des accords d'Abraham, le National Cyber Security Centre peine à s'affirmer dans l'architecture cyber

Alors que Bahreïn tente de s'insérer dans une architecture sécuritaire régionale, la dualité des institutions cyber du royaume complexifie sa feuille de route. Lancé en 2020, le NCSC continue de faire face à l'Information and eGovernment Authority, garant de la cybersécurité mais également régulateur financier d'un royaume qui souhaite restreindre ses dépenses.

LogoAbonné Grands contrats 21.03.2023

La Gazette du renseignement
Li Keqiang, cyber academy, Kochavi à Manama, DGSI et Ginum

Nominations, réformes, enjeux : chaque semaine, les petites et les grandes histoires de la communauté mondiale du renseignement, de Pékin à Paris, en passant par Londres et Manama.

ChineXi Jinping vise un premier ministre branché sécurité.

Royaume-UniLe MoD recrute pour sa future Defence Cyber Academy.

FranceLa DGSI chapeaute la formation de tout le renseignement intérieur.

Israël/BahreïnTel Aviv parachève son accord de sécurité avec Manama.

FranceLe lobby pro-souveraineté numérique opéré par un ex-consultant pour Huawei

LogoAbonné Renseignement d'État 21.03.2022

Bahrein, Qatar
Le Qatar et Bahreïn échouent toujours à acter leur réconciliation

Litiges territoriaux, crispations dynastiques ou encore saisies immobilières, Doha et Manama peinent à aplanir ces différents motifs de tension, en dépit de la levée du blocus régional visant le Qatar. D'autant plus que l'alliance sans cesse renforcée entre Bahreïn et Israël ne manque pas de susciter les jalousies à peine voilées du Qatar, qui n'est pas encore réconcilié avec Tel Aviv.

LogoAbonné Renseignement d'État 04.03.2022

Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !