Le Sénat s'inquiète des amitiés russes de sa potentielle candidate à l'OTAN

Joëlle Garriaud-Maylam,vice-présidente de l'AP-OTAN, en compagnie du prince Joachim Murat, lors de la cérémonie de rapatriement en France des restes du général d'Empire Charles-Etienne Gudin, en juillet 2021.
Joëlle Garriaud-Maylam,vice-présidente de l'AP-OTAN, en compagnie du prince Joachim Murat, lors de la cérémonie de rapatriement en France des restes du général d'Empire Charles-Etienne Gudin, en juillet 2021. © Joëlle Garriaud-Maylam/Twitter
Alors que l'OTAN est revenue au devant de la scène à la faveur des nouvelles tensions entre Kiev et Moscou, Paris peine encore à trouver sa pleine place dans les instances de l'alliance. Cependant, le Sénat voit d'un mauvais œil la bienveillance que manifeste la potentielle future présidente de l'assemblée parlementaire de l'organisation militaire, la sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam, vis-à-vis de Moscou. [...] (882 mots)
Edition du 14/01/2022 Lecture 4 minutes
Cet article est disponible pour les abonnés et en achat à la carte (9,50 EUR)
Connectez-vous pour lire la suite

S'abonner ou acheter à la carte
Je découvre les offres

Retrouvez cet article dans :

A lire aussi

Nouveau : Soyez informé de la mise en ligne des nouvelles éditions et des alertes exclusives en temps réel !  

En vous inscrivant, vous serez notifié par un court message sur votre ordinateur ou votre mobile dès qu'une nouvelle édition de notre publication ou qu'une alerte est publiée. Restez informé en tout temps et en tout lieu !