Même si elle a opposé, le 4 février, son veto à une résolution de l'ONU contre la Syrie, la Chine ne croit plus à la survie du régime de Bachar al-Assad. Et songe déjà à la suite.