La protection des moyens informatiques nationaux est devenue une priorité en France. Malgré la rigueur, les budgets sont attribués en conséquence.