Depuis peu chargé de la gestion du programme d'acquisition des satellites espions américains (IOL nº646), l'ODNI veut faire des économies d'échelle en s'inspirant de... l'industrie informatique.