Coincé entre un Kremlin belliciste et une Maison Blanche désormais russophile, Petro Porochenko fait sonner la charge par ses lobbyistes.