Le revirement du renseignement pakistanais, qui a arrêté le n°2 des talibans, doit beaucoup à Riyad.