Fortement soutenus par l'Elysée, les contrats passés en 2010 par Airbus Group avec le Kazakhstan ont vu l'intervention de nombre de consultants, dont certains sont aujourd'hui en froid avec le groupe.