Plusieurs négociants continuent à alimenter la Syrie en produits pétroliers en profitant des zones d'ombre de la législation européenne.