Poussé par les autorités irakiennes, le géant pétrolier russe Lukoil a remis en jeu le contrat de sécurisation de ses installations dans le pays.