La question était sur toutes les lèvres lors de l’inauguration des nouveaux bureaux de Jules Kroll à Londres : va-t-il reprendre le cabinet qui porte son nom ?