Les monarchies du Golfe ne comptent pas rester inactives face à l'engagement russe en Syrie. Décryptage.